spacer

spacer
Coordonnées >>
spacer

spacer
Toute l'actualité :
spacer
Etats-Unis >>
spacer
Monde >>
spacer
Tous les rapports :
spacer
Etats-Unis >>
spacer
Monde >>
spacer

spacer

spacer
Tous les flux rss >>
spacer

spacer

spacer

BE Etats-Unis 276  >>  3/02/2012

>> Sommaire

spacer

Recherche agronomique/Science des aliments
Bilan de l'obésité aux Etats-Unis et premières actions dans les écoles pour 2012

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69018.htm

Le surpoids et l'obésité font parties des principaux enjeux de santé publique aux Etats-Unis. En 1997, on dénombrait déjà 19,4% de la population en surpoids ou obèse. En 2010, ce sont 36,7% des adultes et 17% des enfants de 2 à 19 ans qui sont en situation de surpoids ou obèses. C'est près d'un tiers de la population adulte qui est obèse aujourd'hui. Sur les 50 états, douze d'entre eux présentent une population avec un taux d'obésité supérieur à 30% (Alabama, Arkansas, Kentucky, Louisiane, Michigan, Mississippi, Missouri, Oklahoma, Caroline du Sud, Tennessee, Texas, Virginie). Ces états se concentrent principalement dans le centre-sud est des Etats-Unis [1].

Les études montrent également clairement que selon l'origine ethnique, le taux d'obésité varie. Parmi les femmes "noires non hispaniques", le taux de surpoids ou d'obésité est de 51%, 43% pour les "mexicaines-américaines" et 33% pour les "blanches non hispaniques". Chez les enfants, 24% des enfants "noirs non hispaniques", 19% des enfants "mexicains-américains" et 14% des enfants "blancs non hispaniques" sont en surpoids ou obèses.

Cependant, une étude de Gallup and Healthways montre que le phénomène est en légère regression depuis janvier 2011. Ainsi les chiffres passent de 36,7% de personnes en surpoids ou obèses en 2010 à 35,8% en septembre 2011 (soit près de 2 millions de personnes en surpoids ou obèses de moins), et de 26,2% d'obèses en 2010 à 25,8% en septembre 2011 (soit plus de 650.000 personnes obèses de moins).

Malgré cette légère tendance à une baisse, les chiffres indiquent que l'obésité demeure un vrai problème de santé publique qui a couté, en 2008, près de 147 milliards de dollars à la société. Les conséquences sont nombreuses avec des effets sur la santé (maladies cardiovasculaires, diabète, hypertension, ...), des effets psychologiques (mal-être, dépression, ...) et des effets sociologiques (lien social, famille,...).

Les principales causes qui favorisent l'obésité sont :
- le comportement alimentaire qui est déterminé par les habitudes alimentaires définies durant l'enfance ;
- l'environnement qui comprend les lieux de résidence par rapport à l'accès à l'alimentation, les accès aux équipements sportifs
- le statut social et donc les revenus des personnes ;
- les facteurs génétiques tels que le métabolisme de la personne ;
- la culture souvent liée à l'origine ethnique de la personne ;
- l'activité physique ;
- les maladies ou les prises de médicaments.

Suite à l'impact encore faible des campagnes de communication auprès de la population pour inciter à une alimentation équilibrée et à la pratique régulière d'une activité physique, le gouvernement américain prend conscience qu'il est nécessaire de réaliser des actions plus ciblées. En effet, la gestion de l'obésité va désormais se concentrer sur les trois premières causes citées ci-dessus, qui semblent être des éléments essentiels pour palier à la progression de ce phénomène, et qui peuvent bénéficier de la mise en place de politiques publiques appropriées.

Les programmes mis en place

Différents programmes ont donc été mis en place au niveau fédéral, pour tenter d'enrayer ce fléau :

- Programme d'assistance nutritionnel (Supplemental Nutrition Assistance Program) : la principale action de ce programme, soutenu par le département de l'agriculture américain (USDA), est de fournir des coupons alimentaires [2]. Les premiers coupons alimentaires ont été distribués dès 1939 et ont évolués jusqu'à aujourd'hui. Pour bénéficier de cette aide, une personne doit percevoir moins de 908 dollars par mois.

- Programme pour le déjeuner à l'école (National School Lunch program) : ce programme, supporté par l'USDA, bénéficie du soutien de l'état fédéral pour fournir aux enfants, dans les écoles et les institutions pour enfants, des repas d'une meilleure qualité nutritionnelle. Il a été initié en 1946 et a évolué avec la loi nationale des repas à l'école (National School Lunch Act) entrée en vigueur en 1952 [3]. Ce concept existe également, depuis 1966, pour le petit-déjeuner (Programme pour le petit déjeuner à l'école (School breakfast program)) [4].

- Programme alimentaire d'été (Summer Food Service Program) : ce programme, porté par l'agence alimentation et nutrition (Food and Nutrition Service) de l'USDA, permet aux enfants de pouvoir bénéficier d'une alimentation équilibrée l'été lors des vacances scolaires car ils ne peuvent plus accéder aux petits-déjeuners et aux déjeuners gratuits ou à faible coût distribués dans les écoles grâce aux deux programmes ci-dessus [5]. Ce projet existe depuis 1968.

- Programme nutritionnel pour les femmes avec leurs nourrissons et leurs enfants (Special nutrition program for Women, Infants and Children) : établit en 1972 et mené par l'agence alimentation et nutrition de l'USDA, ce programme fournit des aliments équilibrés, des conseils nutritionnels, pour l'allaitement notamment , ainsi que des informations relatives aux services sociaux et institutions de santé auprès des femmes ayant de faibles revenus et avec des nourrissons ou des enfants à charge [6].

De nouveaux standards alimentaires dans les écoles

Il est maintenant clairement établi, que le risque d'obésité doit être pris en charge dès le plus jeune âge car les habitudes alimentaires se déterminent avant l'âge de 10 ans en général. Michelle Obama a lancé en février 2010 le programme let's move destiné à améliorer l'alimentation des enfants pour résoudre les problèmes d'obésité, et donc leurs conséquences sur la santé, en une génération.

Malgré les programmes mis en place et détaillés précédemment, l'administration américaine a pris conscience de la nécessité d'avancer plus rapidement avec des actions concrètes plus volontaristes, notamment auprès des enfants. Michelle Obama vient de formaliser, en janvier 2012, une nouvelle action concernant les repas servis à l'école. De nouveaux standards ont été définis et signés par le Président Obama. Ces standards se basent sur les règles suivantes :
- des fruits et légumes proposés chaque jour aux enfants ;
- plus de produits composés de céréales complètes ;
- des produits laitiers appauvris en matières grasses ;
- des produits dont les quantités d'acides gras trans, d'acides gras saturés et de sodium sont évaluées ;
- des portions adaptées aux enfants ;
- un nombre de calories adéquat.

Le programme sera mis en place à partir de l'année scolaire 2012-2013 auprès de 32 millions d'enfants d'écoles privées ou publiques. Le budget prévisionnel est de près de 3,2 milliards de dollars sur cinq ans. Ces changements s'appliqueront en premier lieu sur le repas du midi puis s'étendront au petit-déjeuner. D'autres changements vont également avoir lieu avec l'application de ces nouveaux standards :
- Une augmentation du prix des repas de 6 cents (prix qui est resté inchangé depuis 30 ans) ;
- Des normes de tarification afin que les coûts soient stabilisés ;
- Des actions de formation et de conseils auprès des écoles (notamment pour la préparation des repas) ;
- L'adoption de règles de nutrition telles que la substitution des produits gras et sucrés dans les distributeurs automatiques ou la variété des aliments et menus proposés dans les cantines.

Parmi les causes de développement de l'obésité chez les enfants, les distributeurs automatiques dans les écoles ont souvent été mis en cause. Cependant, une étude récente menée par Jennifer Van Hook et Claire E. Altman, de l'université de Pennsylvanie, remet en doute le lien de causalité entre les distributeurs automatiques et la progression de l'obésité. En effet, les habitudes alimentaires seraient déterminées avant que les enfants n'aient accès à ces distributeurs, c'est-à-dire à l'entrée au collège vers l'âge de 10 ans. Ces habitudes alimentaires se déterminent principalement avec l'éducation des enfants et les types de repas ou d'aliments qui leurs sont proposés et servis à la maison. Or les statistiques montrent qu'en 2010, parmi les enfants de 6 à 11 ans, 35,5% sont déjà en surpoids ou obèses. Il est vrai que les distributeurs automatiques offrent un accès facile à une alimentation souvent grasse et sucrée. Cependant, dans l'hypothèse où les distributeurs seraient retirés des écoles, les enfants auraient la possibilité d'acheter ce type de nourriture à proximité de la sortie des écoles. Une seconde étude, menée par Paul Von Hippel, sociologue à l'université d'Ohio, en 2007, montre que les enfants prennent souvent plus de poids lors des vacances scolaires. Jennifer Van Hook et Claire E. Altman émettent l'hypothèse que les distributeurs automatiques ne font pas partie des facteurs déclencheurs de l'obésité ou du surpoids mais que celui-ci est engendré plus tôt, dès l'enfance.

Du côté des industriels

Avec un rythme de vie de plus en plus frénétique, la population n'a plus le temps, ou ne prend plus le temps, de cuisiner. Les industriels ont donc intégré très tôt ce créneau porteur dans leur stratégie de développement avec les plats cuisinés, les snacks, les solutions repas, ... Cependant, depuis une dizaine d'années et suite aux incitations politiques, ces plats préparés ont évolué au niveau de leur composition : moins de sel, moins de matières grasses, plus de fruits et de légumes, des céréales complètes, des portions adéquates, ... La société Kraft Foods, par exemple, a, depuis 2005, commencé à remanier ses produits un à un afin d'en améliorer la composition et la qualité nutritionnelle. Aujourd'hui, aux Etats-Unis, 30% de leur gamme a été modifiée et présente désormais de meilleures caractéristiques nutritionnelles [7].

On constate également une évolution des "packagings" avec l'apparition d'allégations nutritionnelles ou de santé depuis 2003 suite au plan mené par l'Agence des médicaments et de l'alimentation (Food and Drug Administration) qui permet aux producteurs d'apposer des allégations avec des preuves, qui restent parfois peu concluantes. Cependant, ces allégations se retrouvent sur la majorité des emballages. Une étude, menée par l'agence Nielsen en 2011, montre que 59% des consommateurs ne comprennent pas la signification de ces allégations et que 53% trouvent qu'elles surchargent l'emballage et qu'elles sont inutiles [8].

Malgré tous ces programmes et actions, la lutte contre l'obésité ne pourra être efficace tant que la population ne modifiera pas ses habitudes alimentaires en adoptant un rythme régulier pour la prise de repas, en consommant plus d'aliments ayant des valeurs nutritionnelles correctes, en adaptant son alimentation à son style de vie (sédentaire ou non), ... Les personnes devront également se remettre à cuisiner chez eux. En 1984, 72% des repas étaient préparés à la maison mais en 2007, ils ne sont plus que 57%.

Les pouvoirs publics ne cessent de se mobiliser et d'inciter les industriels comme les distributeurs à faire évoluer leurs pratiques afin d'enrayer la croissance de l'obésité (établissement de lois ou de recommandations incitant à améliorer la composition nutritionnelle des produits ou à apposer un étiquetage nutritionnel complet). L'un des objectifs concerne également le développement de points de vente alimentaires plus harmonisé sur le territoire, afin que les populations les moins aisées ne se retrouvent pas dans une zone dite "désertique" où il est nécessaire de faire plusieurs dizaines de kilomètres avant de trouver un supermarché ou une épicerie digne de ce nom.

spacer
>> Suivant
spacer
<< Précédent
spacer

spacer
Partager cette page :

spacer
Version imprimable >>
spacer
Transmettre cette info par email >>
spacer
Recommander ce site à un collègue / ami >>
spacer

spacer
S'abonner au
BE Etats-Unis
 >>
spacer

spacer
FAQ / foire aux questions >>
spacer
Conditions d'utilisation >>

spacer

spacer

Pour en savoir plus, contacts :

- [1] Trends by State 1985-2010 - Centers for Disease Control and Prevention - 21/07/2011 - http://www.cdc.gov/obesity/data/trends.html
- [2] Supplemental Nutrition Assistance Program - USDA - 23/01/2012 - http://www.fns.usda.gov/snap/
- [3] National School Lunch Program - USDA - 24/01/2012 - http://www.fns.usda.gov/cnd/lunch/
- [4] School Breakfast Program - USDA - 24/01/2012 - http://www.fns.usda.gov/cnd/breakfast/
- [5] Summer Food Service Program - USDA - 05/12/2011 - http://www.fns.usda.gov/cnd/summer/
- [6] Women, infants and children - FNS - 30/11/2011 - http://www.fns.usda.gov/wic/
- [7] Wellness - Kraft Food - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/LrmIT
- [8] Consumers skeptical about health claims on food packaging - Nielsen - 27/01/2012 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/0fCvy

Code brève
ADIT :
69018

Sources :

- USDA Unveils Historic Improvements to Meals Served in America's Schools - USDA - 25/01/2011 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/hmH28
- Competitive Food Sales in Schools and Childhood Obesity: A Longitudinal Study - Jennifer Van Hook et Claire E. Altman - 10/01/2012 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/x7a0U
- More Americans Now Normal Weight Than Overweight - Elizabeth Mendes - 07/11/2011 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/HSP7o
- Defining Overweight and Obesity - Centers for Disease Control and Prevention - 21/06/2010 - http://www.cdc.gov/obesity/defining.html
- Can Wal-Mart Change America's Eating Habits? - Robert Siegel - 20/01/2011 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/D3yla
- Prevalence and Trends in Obesity Among US Adults, 1999-2008 - Katherine M. Flegal, PhD; Margaret D. Carroll, MSPH; Cynthia L. Ogden, PhD; Lester R. Curtin, PhD - 13/01/2010 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/6z2YO

Rédacteurs :

Cécile Camerlynck, deputy-agro.mst @consulfrance-chicago.org ; Adèle Martial, attache-agro.mst@consulfrance-chicago.org

spacer

spacer

Origine :

BE Etats-Unis numéro 276 (3/02/2012) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69018.htm
spacer


[  Plan du site  |  Données personnelles & politique de confidentialité  |  Limites de responsabilité  |  FAQ  |  Contacts  ]

[  Page d'accueil  |  Découvrir  |  Consulter  |  Recevoir  |  Rechercher  |  Utiliser  |  S'exprimer  ]

bulletins-electroniques.com tous droits réservés   -   votre contact : François Moille

 

4444444001 999920120204 3333333011 1010101003 1010101013 1111111047 55555550022012 6666666012 7777777003