spacer

spacer
Coordonnées >>
spacer

spacer
Toute l'actualité :
spacer
Etats-Unis >>
spacer
Monde >>
spacer
Tous les rapports :
spacer
Etats-Unis >>
spacer
Monde >>
spacer

spacer

spacer
Tous les flux rss >>
spacer

spacer

spacer

BE Etats-Unis 279  >>  24/02/2012

>> Sommaire

spacer

Innovation et valorisation de la recherche
L'activité de transfert de technologies dans les universités américaines : bilan et perspectives - Partie 2/2 : une réalité protéiforme

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69212.htm

Depuis maintenant vingt ans, l'AUTM publie en chaque fin d'année un rapport [1, 2] qui détaille de nombreux indicateurs économiques relatifs au développement du transfert de technologies (TT). Dans le bulletin électronique [3], nous nous étions intéressés aux chiffres du TT au sein des universités américaines, considéré dans sa globalité. Nous nous intéressons dans ce second article aux disparités en matière de TT qui caractérisent les universités américaines. Un petit nombre d'institutions continue en effet de bénéficier d'une partie importante des financements et de contribuer à l'essentiel du transfert de technologies.

1. De fortes disparités entre universités

Le TT aux Etats-Unis se caractérise par de fortes différences entre universités, en terme de dépenses de recherche notamment. La figure qui suit présente la distribution des budgets de recherche au sein des universités interrogées par l'AUTM. On constate que ces derniers sont très fluctuants. Si 13 institutions disposent d'un budget supérieur à 900 millions de dollars, 25 doivent composer avec un montant inférieur à 50 millions de dollars, soit 18 fois moins ! Les 20 universités les mieux dotées du classement de l'AUTM concentrent ainsi à elles seules 50% des budgets.


Budgets de recherche des universités (2010)
Crédits : MS&T avec les données de l'AUTM US, "Licensing Activity Survey"

Ces disparités concordent avec les principaux indicateurs du transfert de technologies. Ainsi, concernant les brevets, si la plupart des universités interrogées par l'AUTM déposent moins de 50 demandes de brevet chaque année, plusieurs universités dépassent les 400 demandes annuelles, comme l'Université de Californie (915 dépôts) [4], le "Massachusetts Institute of Technology" (MIT, 535 dépôts) ou encore le "California Institute of Technology" (415 dépôts)...De même, au niveau des licences, seule une petite proportion d'universités américaines tire son épingle du jeu, comme on le voit sur la figure 2 qui suit.


Distribution des licences et options (2010)
Crédits : MS&T avec les données de l'AUTM US, "Licensing Activity Survey"

2. Des politiques de valorisation très différentes

L'activité de TT au sein des universités américaines est non seulement protéiforme mais aussi inégale. Une minorité d'universités dispose de la majorité des moyens de recherche et contribue à l'essentiel du TT. Il est donc extrèmement délicat de construire des indicateurs qui permettent de comparer les universités entre elles et de mettre en évidence la diversité des politiques de valoriation de la recherche mises en oeuvre. Les données de l'AUTM décrivent en effet des situations très variées où les domaines de recherche différent d'une université à l'autre, où certains établissemnt privilégient une recherche très appliquée, etc...

Un indicateur assez naturel s'agissant de la valorisation des travaux de recherche est le ratio entre le nombre de dépôts de brevets et le montant des dépenses de recherche au sein d'une université. Le ratio permet de s'affranchir du biais constitué par la taille de l'université. Cet indicateur est néanmoins très délicat à manipuler: comment en effet comparer des universités dont les moyens de recherche (et donc a fortiori les domaines de recherche) peuvent autant varier ?

Nous avons par conséquent préféré présenter les données brutes de l'AUTM, et les interpréter à partir de courbes de tendance. L'avantage d'une telle méthode est qu'elle continue d'illustrer les différences de moyens entre établissements tout en mettant en évidence les différences d'approche et de performance entre les différentes universités en matière de TT.

La figure 3 qui suit décrit, sous la forme d'un nuage de point, le lien entre le budget consacré à la recherche et le nombre d'inventions au sein des universités. Chaque point représente une université donnée, et la positionne en termes de budget et de nombre d'inventions. Nous avons pris le parti de tracer une droite sur ce nuage de points. Elle donne le nombre moyen de brevets déposés en fonction des dépenses de recherche. Les performances des différentes universités peuvent s'estimer à partir de leur position vis à vis de cette droite: une université est d'autant plus performante qu'elle est très au-dessus de la droite. Le graphique permet de formuler plusieurs conclusions :
- Il existe une forte corrélation entre les dépenses de recherche et le nombre d'inventions. De fait, la plupart des universités restent "collées" à la droite qui décrit la tendance moyenne.
- Certaines institutions, comme l'université Stanford, le "California Institute of Technology" ou encore le "Georgia Institute of Technology" sont extrêmement performantes en terme de nombre d'inventions par budget dépensé dans la recherche. A l'inverse, des institutions comme l'université John Hopkins ou la "Penn State University" sont en-dessous des performances moyennes des autres universités malgré des budgets de recherche importants.


Nombre d'inventions par rapport aux dépenses de recherche en 2010
Crédits : MS&T avec les données de l'AUTM US, "Licensing Activity Survey"

Il est également très intéressant d'examiner le nombre de brevets déposés en fonction du nombre d'inventions. Cette donnée est représentative de la politique de l'université en terme de TT et de valorisation de sa recherche, elle permet également d'identifier les universités où les inventions vont enrichir le TT. On constate ainsi que le MIT a une politique de valorisation très performante, alors que l'institution n'est que légèrement au-dessus de la moyenne des autres universités en terme de nombre d'inventions par budget de recherche (Cf. Figure 2). Les inventions du MIT donnent donc très souvent lieu à des dépôts de brevets. A l'inverse, en terme de dépôt de brevet par nombre d'inventions, l'université de Stanford et le "California Institute of Technology" se situent dans la moyenne des autres universités: la politique de ces deux institutions semble moins orientée vers le dépôt de brevets.


Nombre de brevets déposés en 2010 par rapport au nombre d'inventions
Crédits : MS&T avec les données de l'AUTM US, "Licensing Activity Survey"

Le revenu des licences apparaît relativement décorrélé du budget de recherche des universités. De fait, très souvent, les revenus importants sont liés à un faible nombre de technologies qui peuvent constituer jusqu'à 80% du chiffre d'affaire obtenu. Les deux universités interrogées par l'AUTM ayant obtenu le plus de revenus par le biais des licences sont ainsi la "Northwestern University" (180 millions de dollars) et la "New York University" (178 millions de dollars), loin devant le MIT, qui, avec 69 millions de dollars, n'apparaît qu'en 6ème position. Il est enfin à noter que les revenus des licences restent très en-deça des dépenses de recherche engagées par les universités (de l'ordre de 5% pour le MIT, qui est très actif sur le terrain des licences).

3. Les universités américaines dans le système national d'innovation

Le rapport de l'AUTM rassemble de nombreuses données statistiques sur le TT au sein des universités américaines. Ces informations, certes, constituent un indicateur de la capacité d'innovation du pays mais elles attestent également d'importantes différences entre institutions:
- Un petit nombre d'universités concentre les fonds de recherche et contribue de manière prépondérante à la valorisation de la recherche américaine.
- Les politiques de TT menées par les universités sont très disparates. Les statistiques de l'AUTM montrent ainsi qu'une université comme le MIT parvient particulièrement bien à valoriser le travail de ses chercheurs, comme en atteste le nombre de brevets déposés par rapport au nombre d'inventions, quand des institutions comme Stanford ou le "California Institute of Technology" tirent de leur côté plus profit de leur capacité à réaliser de nouvelles inventions que de la valorisation proprement dite de ces inventions. Il en est de même pour les licences ou la création de jeunes entreprises innovantes (JEIs): certaines universités vont ainsi se concentrer préférentiellement sur l'un ou l'autre de ces aspects du TT. Sans surprise, les statistiques révèlent les universités qui privilégient une recherche très appliquée, comme le MIT, le "California Institute of Technology" ou Stanford, figurer en bonne place vis à vis des différents indicateurs, une université comme Harvard, plus généraliste mais avec quelques dominantes (médecine, droit, économie, etc.) se situe plus en retrait.

Les données de l'AUTM ne sauraient cependant résumer à elles seules l'activité de valorisation universitaire. Ainsi, les chiffres de création de JEIs sont ainsi difficiles à interpréter. Ce n'est qu'après plusieurs années qu'il est possible de se rendre compte du rayonnement et de l'impact de la création d'une JEI sur l'économie. Prenons ainsi l'exemple du MIT: malgré un nombre de création de JEIs relativement faible, de l'ordre de la dizaine par an (17 en 2010, ce qui place tout de même le MIT au premier rang des universités interrogées par l'AUTM), cette université a un impact considérable sur le système d'innovation local [5], dû au rayonnement de ces JEIs, mais également à l'écosystème entreprenarial qu'a su développer l'institution dans la région de Boston par le biais de multiples initiatives.

Enfin, les données de l'AUTM ne prennent pas en compte les contributions indirectes des universités à l'innovation: la formation de nouveaux ingénieurs, entrepreneurs et scientifiques, l'apport très en amont de la recherche fondamentale, le rayonnement des startups issues de l'institution et leur intégration dans le système d'innovation sont autant de facteurs qui viennent renforcer l'économie locale [6].

--

A lire également :

L'activité de transfert de technologies dans les universités américaines : bilan et perspectives - Partie 1/2 : évolution des principaux indicateurs
BE Etats-Unis 278 (17/02/2012)
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69169.htm

--

[4] L'université de Californie comprend plusieurs institutions (Université de Californie à Berkeley, Université de Californie à San Diego, etc...) qui ont donné une réponse commune au questionnaire de l'AUTM et sont donc présentées sous forme de système.

spacer
>> Suivant
spacer
<< Précédent
spacer

spacer
Partager cette page :

spacer
Version imprimable >>
spacer
Transmettre cette info par email >>
spacer
Recommander ce site à un collègue / ami >>
spacer

spacer
S'abonner au
BE Etats-Unis
 >>
spacer

spacer
FAQ / foire aux questions >>
spacer
Conditions d'utilisation >>

spacer

spacer

Pour en savoir plus, contacts :

- [7] BE Etats-Unis 257 du 02/09/2011 :"Le transfert de technologie aux E.-U. : un bilan 2010 marqué par une activité soutenue"http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67583.htm
- [8] BE Etats-Unis 152 du 6/02/2009 "Rapport annuel de l'AUTM : quelle est la santé de la valorisation américaine ?" http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57615.htm

Code brève
ADIT :
69212

Sources :

- [1] FY 2010 AUTM Licensing Activity Survey
- [2] Association of University Technology Managers - www.autm.net
- [3] BE Etats-Unis 278 du 17/02/2012 : "L'activité de transfert de technologies dans les universités américaines : bilan et perspectives - Partie 1/2 : évolution des principaux indicateurs" - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69169.htm
- [5] BE Etats-Unis 221 du 1/10/2010 "Le MIT et la création d'entreprises technologiques : l'innovation doit davantage à l'existence d'un "écosystème" qu'à des mécanismes incitatifs" - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/64635.htm
- [6] BE Etats-Unis 260 du 23/09/2011 : "Du rôle des universités américaines dans le système national d'innovation" - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67780.htm

Rédacteurs :

Lisa Treglia, deputy-inno@ambascience-usa.org

spacer

spacer

Origine :

BE Etats-Unis numéro 279 (24/02/2012) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69212.htm
spacer


[  Plan du site  |  Données personnelles & politique de confidentialité  |  Limites de responsabilité  |  FAQ  |  Contacts  ]

[  Page d'accueil  |  Découvrir  |  Consulter  |  Recevoir  |  Rechercher  |  Utiliser  |  S'exprimer  ]

bulletins-electroniques.com tous droits réservés   -   votre contact : François Moille

 

4444444001 999920120229 3333333011 1010101018 1111111047 55555550022012 6666666012 7777777003