spacer

spacer
Coordonnées >>
spacer

spacer
Toute l'actualité :
spacer
Etats-Unis >>
spacer
Monde >>
spacer
Tous les rapports :
spacer
Etats-Unis >>
spacer
Monde >>
spacer

spacer

spacer
Tous les flux rss >>
spacer

spacer

spacer

BE Etats-Unis 303  >>  21/09/2012

>> Sommaire

spacer

Innovation et valorisation de la recherche
TechShop : là où les outils de la révolution industrielle sont mis entre les mains de Monsieur tout le monde

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71017.htm

TechShop a développé pendant 6 ans une structure qui permet aux consommateurs de réinventer des produits pour leurs besoins et donc de franchir le cap long et onéreux du prototypage, le tout avec des outils rapides à un coût abordable. Le succès est au rendez-vous : surfant sur un mouvement populaire - "The makers movement" - TechShop a trouvé son public et les interactions entre ses participants ont dépassé les espérances de départ avec l'émergence de succès commerciaux comme "Square". La vision de ses fondateurs est que le TechShop est au coeur d'une nouvelle révolution industrielle des USA. Qu'attend l'Europe pour rentrer dans la course à la créativité ?

1/ Qu'est-ce qu'un TechShop

Un espace partagé

TechShop est un atelier de très haut niveau d'outillage ouvert à tous sous condition de payer un abonnement. Aucune compétence préexistante n'est nécessaire pour accéder au lieu, l'utilisation des machines complexes nécessite cependant une formation pour en valider la maîtrise, formation pouvant s'effectuer en quelques heures.

TechShop peut ressembler pour certains à un espace de travail commun. Il ne s'intègre cependant pas du tout dans la même dynamique que les "co-working spaces" - espaces où les startups informatiques se regroupent, grandissent, pivotent, et/ou meurent. TechShop ressemble plus à un incubateur de cleantech nécessitant de sérieux investissements. Chaque site doit avoir une taille minimale de l'ordre de 1600m2 afin de pouvoir rassembler suffisamment de machines-outils et de zones de travail pour pouvoir faire grandir une communauté.

Jim Newton, fondateur de TechShop, a créé la société en rêvant de son propre atelier et en l'ouvrant à d'autres utilisateurs. Cependant ce projet n'aurait pas pu voir le jour il y a 20 ans : les coûts des machines-outils assistées par ordinateurs ont considérablement baissé et la simplicité d'utilisation les rend abordables à presque n'importe qui.

Citons ces exemples :
- l'apprentissage du pilotage d'une fraiseuse pouvait prendre jusqu'à deux ans de formation alors que maintenant, grâce à des logiciels plus puissants et 2 heures de formation, un utilisateur peut commencer à utiliser la machine en une journée.
- un tour à assistance électronique pouvait coûter 120k$ il y a 20 ans alors qu'il ne coûte que 5k$ chez certains fournisseurs chinois.
- Les logiciels de prototypage ont aussi connu leur révolution, avec l'avènement de logiciels gratuits comme Google Sketchup

Un lieu de collaboration et d'échange

Un élément important du TechShop est son critère d'admission : seule une participation financière est demandée, aucune qualification n'est nécessaire. Il en découle une diversité importante des projets et des profils des membres. Les utilisateurs apportent donc un éventail important de compétences et de connaissances qui profite au TechShop et à ses utilisateurs. La communication, l'échange et l'entraide permettent en effet de donner vie à des projets encore plus originaux ou aboutis. On retrouve alors l'émulation des co-working spaces. Techshop bénéficie donc de la culture locale de la Silicon Valley, fondée sur l'Open Innovation et d'entraide entre entrepreneurs. TechShop propose également un accompagnement de projet, gratuit au lancement mais ensuite facturé 95$/h. Ce service permet aux moins expérimentés de pouvoir se lancer et éventuellement de sous-traiter une partie de la réalisation.

Dans cet univers très ouvert, le problème de la propriété intellectuelle se pose. TechShop demande aux abonnés, dès l'entrée dans les locaux, de respecter les projets vus sur place. TechShop s'efforce aussi de créer une communauté encore plus large grâce à des évènements de découverte du lieu par des entreprises (team building) ou par des écoles et des universités. Certaines entreprises offrent d'ailleurs des abonnements à leurs employés. Le networking - à la Silicon Valley - est très présent avec de l'événementiel où l'on produit des objets de manière éphémère rien que pour l'occasion.

Enfin, un écosystème de startups gravite autour, voire à l'intérieur même de TechShop. Des espaces de bureaux sont disponibles à la location. On trouve aussi, dans l'atelier de San Francisco, "SF made" une association qui a pour but d'aider les entreprises à garder leur production à San Francisco. L'association s'est développée comme une véritable plate-forme et s'étend maintenant à d'autres villes. [1]

Les différences avec un fablab

Les cours sont une partie essentielle du TechShop. Ils sont une étape nécessaire à toute utilisation de machine-outil complexe afin de garantir la sécurité des utilisateurs et le bon usage des machines onéreuses. Les cours permettent également d'approfondir la maîtrise de certaines techniques (utilisation de fibres de carbone, technique avancée de découpe au laser). Des ateliers plus théoriques sont mis en place, sur la manière de gérer ses finances et pour apprendre à lever des fonds auprès de proches ou sur des sites de crowdfunding (kickstarter...). Ces cours peuvent être donnés par des employés ou des contractuels.

A la différence des Fab lab qui ont chacun leur propre organisation, la structure de TechShop est pensée pour être répliquée efficacement. Les mêmes machines et outils ont été installés dans les différents ateliers; cela permet :
- d'obtenir des prix plus faibles à l'achat machine
- d'avoir une meilleure connaissance des outils
- de standardiser les formations et cours sur l'utilisation de ces outils

Une structure en ligne a également été développée afin de pouvoir accéder aux documents de formation. Une réelle démarche de gestion de la propriété intellectuelle a été mise en place.

Un système de badge dont le coût est important (50k$ pour équiper un atelier) permet de vérifier avant l'utilisation des machines que les utilisateurs ont bien validé le cours de formation. Ce système permet de mettre la sécurité en avant mais aussi de mieux connaître les utilisateurs. Côté administration un CRM et un ERP ont été mis en place.

A la différence d'un FabLab, le partenariat avec des industriels est un type de relation que le TechShop met beaucoup en avant et constitue un axe essentiel de son développement (voir deuxième partie). Il est important de constater l'implication d'acteurs extérieurs dans TechShop en tant qu'investisseur ou membre du conseil d'administration. Le plus important est peut être AutoDesk, éditeur de logiciel de conception assistée par ordinateur : non seulement le directeur d'AutoDesk est lui-même au Conseil d'Administration du TechShop, mais sa société fourni des licences et de puissants ordinateurs pour concevoir des objets 3D ainsi qu'une personne présente sur site en permanence pour aider les utilisateurs et recueillir leurs impressions.

2/ Démocratisation de la révolution industrielle

The empowerement

Le mot "Empowerement" résume la volonté de TechShop à donner à ses utilisateurs les moyens de devenir créateurs. Certains projets répondent à des besoins personnels (confection d'objets sur mesure... ) mais d'autres peuvent intéresser d'autres utilisateurs et être commercialisés en petite ou grande quantité.
Le TechShop aide les projets qui veulent viser plus grand, en proposant un workshop dédié au prototypage et à la levée de fonds.

Du prototype à la création du produit

Grâce à ses 6 ans d'expérience le TechShop a vu différents types de projets réussir. Le plus intéressant est de regarder les différents parcours qu'ils ont pu suivre.

Le terme "boostraping" est utilisé pour désigner des projets ou sociétés qui ont été construits sans financement extérieur. Les coûts habituellement élevés de réalisation de produit rendent cette technique de financement difficile. Cependant, avec 500$ une équipe a réussi à se former aux techniques d'injection plastique et à produire 500 pièces (de cache prise) en une semaine. Le projet a été exposé la semaine suivante lors d'une conférence et une commande de 5000 pièces a été prise, le produit était dans les rayons de Walmart (Supermarché) en moins d'un an. Le projet aurait duré plusieurs mois et demandé dix fois plus de capitaux sans sécurité de débouchés, s'il n'avait pu se reposer sur cette structure de prototypage rapide. TechShop redonne donc la possibilité aux entrepreneurs de lancer des projets grâce à leurs propres économies et non pas des fonds fournis par des tiers (proches, angels ...) ce qui apporte toujours une perte de contrôle à un entrepreneur.

D'autres projets nécessitent plus de financement pour réussir à finaliser leur produit. Ils se tournent alors vers des sites de crowdfunding pour chercher des clients prêts à soutenir le projet ou à payer pour un produit qui n'a pas encore été produit. Un exemple intéressant est la société Unplugged Instrument qui est basée à Lemno Labs, incubateur dédié à des startups réalisant des produits. Le garage de Lemno labs est d'ailleurs à une rue du TechShop, pour faciliter les allers-retours. Unplugged Instruments réalise une guitare avec amplificateur intégré et a déjà réalisé un prototype. Pour trouver ces premiers clients elle a donc proposé un projet sur KickStarter afin que les premiers intéressés passent leur commande. Afin de récupérer plus de fonds des modèles personnalisés étaient en vente. Malheureusement le niveau minimum de financements nécessaires n'a pas été atteint et le projet est actuellement remis en question. Cet échec est pour les entrepreneurs source d'inspiration, encore une fois dans l'esprit de la Silicon Valley: échouer, d'accord, mais vite pour pouvoir réagir et "pivoter".

Au rayon des succès il est difficile de passer à coté des exemples que sont "Square" et "DodoCase". Square, la startup qui révolutionne le paiement par carte bancaire grâce à un petit appareil qui se branche sur Iphone, a réalisé ses prototypes dans le TechShop. La jeune société veut maintenant changer les habitudes de paiement en utilisant le téléphone comme moyen de paiement. DodoCase est l'exemple même d'une idée qui a été matérialisée grâce au TechShop. Les fondateurs sont arrivés avec l'idée aboutie de faire une couverture pour Ipad en bambou et ont demandé assistance au TechShop pour savoir de quels cours et outils ils avaient besoin. L'entreprise a vendu des milliers d'exemplaires et le président Obama est même un client. De plus l'association SF Made a aidé à garder la production dans San Francisco.

3/ Les ambitions de TechShop

Bilan actuel

Après 6 ans d'existence et plus de 11 millions de dollars de fonds levés, la société a réussi à ouvrir 6 ateliers (San Francisco, CA; Menlo Park ,CA; San Jose, CA; Raleigh, NC; Allen Park, MI; Round Rock, TX). Ce temps a permis au TechShop de construire une structure solide permettant de gérer ces différents lieux. Le conseil d'administration est maintenant constitué d'acteurs intéressés par le mouvement DIY (Do It Yourself) et la réindustrialisation.

L'ouverture du TechShop d'Allen Park était particulière car Ford y jouait un rôle important. Ouvert en Mai 2012, l'atelier se situe dans des locaux de 37000m2 fournis par Ford, sur son campus. Le constructeur a également fourni une partie de l'équipement. Le but affiché est de redynamiser l'innovation chez Ford en proposant un abonnement aux personnes soumettant des projets intéressants pour le constructeur (pas besoin d'être ingénieur pour passer derrière les outils). Ford regarde alors les projets évoluer et les réintègre dans sa structure lorsqu'ils sont intéressants.

Le concept étant nouveau, le TechShop manque encore de visibilité et de notoriété. D'après Mark Hank, le CEO de TechShop que nous avons pu rencontrer, les utilisateurs de TechShop dans 3 ans n'ont aucune idée de l'existence du TechShop aujourd'hui.

Prochaines opportunités

Le modèle du TechShop nécessite encore un soutien important de partenaires, du gouvernement ou des collectivités locales. C'est pourquoi un travail important a été réalisé pour trouver de nouveaux partenaires : Ford, GE, le Department of Veterans affaires, ASU, DARPA. Dans le cadre du VA Dept, il s'agit de réinsérer les vétérans militaires dans l'économie en les formant au TechShop.

L'Europe pourrait également être un axe de développement. Des partenaires industriels ou académiques restent encore à être identifiés. Les communautés des bricoleurs, des inventeurs et des consommateurs insatisfaits seront-elles intéressées par cet atelier sans limites ? Les industriels et investisseurs seront-ils au rendez-vous pour obtenir d'aussi beaux succès commerciaux et techniques ?

spacer
>> Suivant
spacer
<< Précédent
spacer

spacer
Partager cette page :

spacer
Version imprimable >>
spacer
Transmettre cette info par email >>
spacer
Recommander ce site à un collègue / ami >>
spacer

spacer
S'abonner au
BE Etats-Unis
 >>
spacer

spacer
FAQ / foire aux questions >>
spacer
Conditions d'utilisation >>

spacer

spacer

Pour en savoir plus, contacts :

- Le site web du TechShop http://www.techshop.ws
- Le site web de SF Made : http://www.sfmade.org/

Code brève
ADIT :
71017

Sources :

Entretiens téléphoniques avec le reponsable du TechShop de Allen Park, MI et visite du TechShop de San Francisco guidée par Mark Hatch, co-fondateur et directeur du Techshop

Rédacteurs :

- Sébastien ROUIF (sebastien.rouif@consulfrance-sanfrancisco.org) ;
- Thomas DESCHAMPS (thomas.deschamps@consulfrance-sanfrancisco.org) ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://sf.france-science.org.

spacer

spacer

Origine :

BE Etats-Unis numéro 303 (21/09/2012) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71017.htm
spacer


[  Plan du site  |  Données personnelles & politique de confidentialité  |  Limites de responsabilité  |  FAQ  |  Contacts  ]

[  Page d'accueil  |  Découvrir  |  Consulter  |  Recevoir  |  Rechercher  |  Utiliser  |  S'exprimer  ]

bulletins-electroniques.com tous droits réservés   -   votre contact : François Moille

 

4444444001 999920120925 3333333011 1010101018 1111111047 55555550092012 6666666012 7777777003