spacer

spacer
Coordonnées >>
spacer

spacer
Toute l'actualité :
spacer
Lettonie >>
spacer
Monde >>
spacer
Tous les rapports :
spacer
Lettonie >>
spacer
Monde >>
spacer

spacer

spacer
Tous les flux rss >>
spacer

spacer

spacer

BE Lettonie 8  >>  26/10/2012

>> Sommaire

spacer

Physique
La physique et la science selon le professeur Ruvin Ferber

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71324.htm

Ruvin Ferber [1], scientifique, professeur et responsable d'un des laboratoires du Centre Laser [2] de l'Université de Lettonie nous présente ses activités et sa vision de la recherche. Ce chercheur letton renommé a reçu en février 2010 la récompense annuelle de l'Université de Lettonie. Il est de plus fondateur et directeur du centre d'études judaïques de l'Université de Lettonie [3]. Il a répondu aux questions de Jeļena Smelova, correspondant presse de l'Université de Lettonie.

Comment vous définiriez-vous ? Comme un enseignant, un scientifique, un chercheur ?

Je suis professeur de l'Université de Lettonie et par conséquent la nature de mon activité est double : je suis enseignant et scientifique. Il est tout à fait impossible d'être enseignant un jour et de faire de la recherche ou des travaux scientifiques le jour suivant. Cependant, on peut raisonner et penser comme un enseignant à un moment donné et comme chercheur à un autre moment. C'est l'avantage du corpus académique de toute université dans le monde, et ça ne concerne pas seulement les professeurs mais aussi les lecteurs, maîtres de conférence, professeurs associés et scientifiques.

Dans les universités d'Europe occidentale ou américaines, un professeur est toujours associé à un groupe de recherche et des réalisations scientifiques spécifiques. D'autre part, un professeur travaille toujours avec des étudiants ou jeunes chercheurs, récemment diplômés. De manière générale, il est difficile de dire si je suis enseignant ou scientifique. Je dirais que ces deux professions sont intimement liées et font partie de ma vie quotidienne !

L'année dernière, vous avez publié pas moins de quatorze articles scientifiques ! Comment avez-vous réussi à atteindre un tel nombre ?

C'est simple : les publications ne sont pas le travail d'une seule personne ! J'ai d'excellents collègues et notre coopération est parfaite. Le travail académique est très créatif et demande en même temps beaucoup de précision. Cela peut paraître étrange mais je compare souvent mon travail à celui d'un acteur, qui apprend son texte et le répète pendant plusieurs heures. Ce travail ainsi que le travail de recherche peuvent être très routiniers. Cela peut prendre des mois et même des années pour concevoir un bon article.

Il est appréciable que le travail soit partagé : certains collègues apprécient le travail expérimental mais n'aiment pas le travail rédactionnel, et inversement pour d'autres. Pour chaque personne impliquée, il est toujours original, intéressant et nécessaire, d'apporter sa contribution et ses idées en fonction de ses capacités et affinités. En ce qui concerne l'indice quantitatif des publications scientifiques, celui-ci ne constitue pas une priorité. J'ai toujours le sentiment que nous pourrions faire davantage de travaux et améliorer leur qualité.

Comment évaluez-vous les conditions de travail à l'Université et au Centre Laser ?

Je suis très heureux des conditions de travail favorables créées à la Faculté de physique et de mathématiques de l'Université de Lettonie. Nous avons notre propre bâtiment et territoire, une partie pour les cours et une partie pour les laboratoires, ainsi que des dortoirs. Ces conditions ne facilitent pas seulement mon travail mais a aussi un effet positif sur les étudiants (avec un environnement social approprié). Il existe bien sûr beaucoup d'autres institutions avec lesquelles nous pouvons coopérer et coordonner nos actions. Il est important qu'il existe un tel centre, où il n'y a pas seulement des cours mais aussi des travaux pratiques et scientifiques.

Comment évalueriez-vous les aptitudes des étudiants face aux activités du laboratoire ? Quelles sont leurs chances d'être impliqués dans les activités de recherche du laboratoire ?

Les étudiants sont très intéressés et actifs dans les activités du laboratoire. Leur intérêt pour le travail de recherche émerge généralement à la fin de leur licence. Beaucoup nous rejoignent au niveau master, mais la part la plus active est constituée par les étudiants en doctorat : la plupart d'entre eux mène leurs propres recherches impliquant souvent l'utilisation de l'équipement du laboratoire.

Les étudiants constituent une force scientifique très active. Les étudiants en doctorat mènent quotidiennement des activités de recherche et nous faisons aussi de notre mieux pour leur fournir une expérience pédagogique en les encourageant à enseigner auprès des étudiants de licence et à les conseiller dans le cadre de leur mémoire.

Parlez-nous maintenant de la structure du Centre Laser. Pourquoi a-t-il été conçu ?

Le Centre Laser est en quelque sorte une école scientifique de haut niveau qui permet d'obtenir des résultats susceptibles d'être internationalement reconnus et/ou publiés dans des journaux scientifiques de première catégorie tels que "Physical Review", "Journal of Chemical Physics", ou encore "European Physical Journal". Si nous réussissons à atteindre ce niveau, les étudiants vont se rendre compte que des travaux importants peuvent aussi être menés ici, en Lettonie. C'est extrêmement motivant car une telle publication permettrait une reconnaissance internationale directe, et si l'un des articles est accepté, cela identifie l'école comme l'une des meilleures au niveau mondial.

Comment la coopération internationale est-elle développée ?

Actuellement nous travaillons de près avec l'Université de sciences appliquées pour l'ingénierie et l'économie de Berlin, l'Université d'état de Moscou Lomonosov, l'Université de Hanovre, l'Université de Berkeley en Californie, et bien d'autres universités. Nous réalisons également des travaux communs en collaboration avec des scientifiques de Berlin et Istanbul. L'équipement nécessaire est disponible au Centre Laser et les expérimentations sont actuellement en cours dans nos locaux. Ces travaux mènent par conséquent à des publications conjointes.

Et au niveau national ?

Mon plus proche collaborateur est le Professeur Mārcis Auziņš, qui est à la tête de nos quatre laboratoires du Centre Laser. Nous menons actuellement une étude qui réunit deux laboratoires du centre. Beaucoup d'étudiants se sont joints au projet, et ont contribué avec le Professeur Auziņš à la définition et à la validation d'une nouvelle théorie.

Quelles sont vos activités de recherche actuelles ?

J'ai l'honneur de diriger le Laboratoire de Polarisation Optique des Molécules, au sein duquel nous étudions activement les molécules diatomiques des métaux alcali. Elles sont d'une certaine façon similaires aux molécules d'hydrogène mais sont formées d'atomes de sodium, de calcium et de césium. Ces molécules sont aujourd'hui devenues très "populaires" : elles peuvent être obtenues à des températures très basses et en même temps leurs spectres sont complexes. Il est devient très difficile de lire la structure d'une molécule à partir de son spectre.

L'un de nos axes de recherche est la compréhension précise du processus de création d'une molécule impliquant deux atomes. Nous avons assez souvent l'opportunité d'être parmi les premiers à collecter les données appropriées, qui deviennent plus tard la base pour des méthodes d'obtention de ces molécules à des températures qui différent d'un milliardième de degrés par rapport au zéro absolu.

Quel est le rôle des lasers dans les études atomiques et moléculaires ?

Cette question est assez souvent abordée. Il existe un concept selon lequel s'il existe un Centre Laser alors celui-ci doit étudier les lasers eux-mêmes, ce qui est faux ! Ce centre est relatif aux lasers dans le sens où les études sont menées à l'aide de lasers. Le laser est l'élément essentiel de l'étude qui dépend directement de sa qualité. Beaucoup de travaux sont dédiés à améliorer la qualité des faisceaux lasers et le contrôle de la fréquence, à augmenter la stabilité du laser, etc. La stabilité mécanique doit également être assurée : un laser de haute qualité doit être installé sur une table spécifique qui ne sera pas affectée par les fluctuations externes. Ils doivent également être placés dans des lieux où la pression est appropriée pour éviter la poussière. Le centre est ainsi nommé d'après la méthode et non l'objet. Cette méthode est délicate et requiert efforts et compétences.

spacer
>> Suivant
spacer
<< Précédent
spacer

spacer
Partager cette page :

spacer
Version imprimable >>
spacer
Transmettre cette info par email >>
spacer
Recommander ce site à un collègue / ami >>
spacer

spacer
S'abonner au
BE Lettonie
 >>
spacer

spacer
FAQ / foire aux questions >>
spacer
Conditions d'utilisation >>

spacer

spacer

Pour en savoir plus, contacts :

- [1] CV de Ruvin Ferber : http://www.lza.lv/scientists/ferber.htm
- [2] "Laser Centre" de l'Université de Lettonie : http://www.lasercentre.lv/
- [3] Centre d'Etudes Judaïques de l'Université de Lettonie : http://www.lu.lv/cjs/

Code brève
ADIT :
71324

Sources :

"Researcher of the month: Ruvin Ferber speaking about physics, Laser Centre and science" - Je ena Smelova correspondant presse de l'Université de Lettonie 29.05.2012 : http://www.lu.lv/eng/news/t/11970/

Rédacteurs :

Olivia Leroy - olivia.leroy[at]institut-francais.lv

spacer

spacer

Origine :

BE Lettonie numéro 8 (26/10/2012) - Ambassade de France en Lettonie / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71324.htm
spacer


[  Plan du site  |  Données personnelles & politique de confidentialité  |  Limites de responsabilité  |  FAQ  |  Contacts  ]

[  Page d'accueil  |  Découvrir  |  Consulter  |  Recevoir  |  Rechercher  |  Utiliser  |  S'exprimer  ]

bulletins-electroniques.com tous droits réservés   -   votre contact : François Moille

 

4444444001 999920121027 3333333047 1010101017 1111111056 55555550102012 6666666045 7777777002